DECOUVREZ ET PARTAGEZ MON LIVRE EN LECTURE GRATUITE :

Les malaises divers, l’infarctus et l’AVC


Ahhh, cette sensation pénible, ce mal-être, quand on est faible sans savoir ce qui se passe mais ce qui est sûr, c’est qu’on est mal. Attention cependant à ne pas confondre un malaise chez une personne consciente et un malaise chez une personne inconsciente (pour un petit rappel, rendez-vous sur mon article concernant la perte de connaissance). Nous allons parler ici d’un malaise chez une personne consciente, qui ne se sent pas bien, ayant des troubles inhabituels. Ces derniers peuvent survenir brutalement ou progressivement, peuvent durer quelques minutes ou être durable dans le temps et peuvent parfois se répéter.

Il existe des causes diverses et variées menant à un malaise, on retrouve bien évidemment les maladies, les allergies (alimentaires, aux graminées, liées aux animaux, etc.), les intoxications, bref, une liste bien remplie.

"Même si parfois, les signes et symptômes exprimés paraissent bénins, ils peuvent révéler une situation pouvant mener à une détresse vitale."


De même, certains signes peuvent alerter pour une prise en charge urgente dans un service hospitalier, comme par exemple les signes d’un accident vasculaire cérébral (AVC) ou d’infarctus (ou crise cardiaque c’est la même chose). En votre position de sauveteur, vous avez la charge de mettre la personne dans une position de repos. Ensuite, votre but est de récolter un maximum de renseignements sur ses antécédents et surtout ses plaintes exprimées dans le moment du malaise (présence d’une douleur, d’un pincement, d'une rougeur). Demandez-lui son âge, quantifiez la durée du malaise, ses éventuels traitements médicaux en cours et maladies connues.

La finalité est de faire le 15 (SAMU) pour avoir un médecin régulateur qui vous conseillera sur la bonne conduite à tenir par la suite. Ne soyez pas non plus étonné que le médecin veuille parler directement avec la personne concernée, il est plus aisé pour lui d’obtenir les bonnes informations en direct. Même s’il discute avec la personne, votre rôle n’est pas terminé. En effet, il va falloir aider cette personne prise de malaise à appliquer les conseils apportés.

Voyons ensemble les positions d’attente à effectuer en fonction de la plainte principale exprimée :
  • la personne se plaint d’une vive douleur abdominale. La position qui va permettre, non pas de guérir son mal, mais de la soulager est d’allonger la personne dans un endroit confortable (ou à défaut le sol) et de fléchir ses genoux, les pieds restant au sol. Ainsi, la ceinture abdominale se trouve relâchée, les muscles de cet endroit sont beaucoup moins sollicités aidant à décrisper la personne.
  •  une personne se plaint d’une difficulté pour respirer et semble essoufflée quand elle parle. La position qui va aider le passage de l’air tout en étant le dos appuyé sur une surface rigide est assise ou demi-assise (si elle ne supporte pas la position assise). Surtout ne pas l’allonger, la détresse respiratoire pourrait davantage se dégrader. Sur le dos, l’effort pour respirer et se calmer va devoir être plus conséquent.
  •  Pour tous les autres malaises, avec ou non sensation de froid, sueurs, pâleur, etc., mettre la personne dans la position où elle se sent le mieux en attendant un avis médical. Vous pouvez desserrer ses vêtements, la protéger contre le froid ou le chaud et surtout, la rassurer continuellement.
Si la personne veut s’allonger dans un lit ou un canapé, aidez-là, ne refusez sa demande que si vous voyez qu’elle n’est pas capable d’y aller, même avec de l’aide. Dans ce cas-là, le sol sera aussi un bon endroit pour se mettre au repos. Pour un malaise chez une personne consciente et sans aucun traumatisme, vous allez pouvoir donner du sucre en morceaux, à la demande de la personne uniquement. Aidez-la également à prendre son traitement si nécessaire.

Si vous avez raccroché avec le SAMU et que de nouvelles informations vous parviennent et sont susceptibles d’être intéressantes pour le médecin, ou que l’état de la personne semble s’aggraver, n’hésitez pas à recontacter le 15 qui vous répondra et renouvellera de nouveaux conseils.

Passons maintenant à deux pathologies qui imposent une prise en charge urgente : l’accident cardiaque (autrement appelé crise cardiaque ou encore infarctus) et l’accident vasculaire cérébral (AVC).

Commençons si vous le voulez bien avec l’infarctus (ou crise cardiaque ou accident cardiaque, je crois que maintenant vous avec compris). Chaque année en France, environ 120 000 personnes sont touchées par cette pathologie, hommes et femmes confondus. Il s’agit, pour la majorité des cas, d’une artère coronaire (autour du cœur) qui vient se boucher, ne permettant pas au sang de circuler librement et privant le cœur de sang riche en oxygène. Ce dernier se met donc à souffrir de ce manque et une vive douleur apparaît oppressant la personne, comprimant sa poitrine. Ce défaut d’apport d’oxygène fait que les cellules cardiaques meurent les unes après les autres, s’ensuivent des lésions irréversibles. C’est pourquoi, l’urgence est de mise afin de venir libérer ces artères et rétablir la bonne circulation du sang autour du cœur.
Ce qui est caractéristique de l’infarctus :
                - douleur survenant subitement au repos et non au cours d’un effort,
                - cette douleur résiste aux médicaments destinés à dilater les artères,
                - elle est insupportable et peut durer des heures.

Il existe deux types d’obstructions des artères :
                 - obstruction partielle : le sang circule dans l’artère mais difficilement,
               - obstruction totale : l’artère se retrouve complètement obstruée et le sang stagne formant un caillot.

D’autres symptômes sont perceptibles mais peuvent également faire penser à d’autres maladies. On retrouve notamment :
                - une vive douleur dans la poitrine,
                - une douleur intense localisée au niveau de l’abdomen,
                - une certaine angoisse,
                - des troubles digestifs,
                - des sueurs,
                - une extrême faiblesse.

"Devant ce type de malaise, mettre au repos rapidement la personne (au mieux, la faire allonger) et ne pas attendre avant d’avertir les secours. Puisque cette crise cardiaque peut, à court terme amener vers un arrêt cardiaque, le temps gagné va permettre une chance de survie en plus !"


Parlons maintenant de l’accident vasculaire cérébral (ou AVC, c’est plus rapide). On dénombre en France, chaque année, plus de 130 000 personnes touchées par cette pathologie. Il existe deux types d’AVC qui sont :
          - AVC ischémique : dans ce cas-là, une artère située dans le cerveau vient à se boucher privant ainsi une partie de ce dernier d’oxygène contenu dans le sang,
          - AVC hémorragique : un vaisseau se rompt, diffusant le sang et comprimant le cerveau.

Alors comment reconnaitre les signes d’un AVC ? Bien entendu, vous ne pouvez pas savoir en regardant la personne s’il s’agit d’un accident vasculaire cérébral ischémique ou hémorragique. Les signes et symptômes pour l’AVC en règle générale sont les suivants :
  - une difficulté d’élocution ou de compréhension,
  - un mal de tête très sévère et inhabituel,
  - une perte d’équilibre soudaine et une sensation d’instabilité,
  - une extrême faiblesse ou une paralysie d’un membre ou d’un côté du corps, déformation du visage,
  - une diminution de la vue d’un œil ou des deux yeux.

"Devant ces différents symptômes, il convient d’agir vite en mettant la personne tout de suite dans une position de repos total (au mieux l'allonger). Si la personne ne se sent pas bien, l’asseoir mais ne jamais la laisser debout. Les secours d’urgence doivent être alertés dans le même temps pour une prise en charge rapide dans un service adapté."

Quoi qu’il en soit, devant tout type de malaise, il vous incombe en tant que sauveteur, de surveiller la personne en continu et ne jamais la laisser toute seule. Vous êtes, sur place, les yeux des secours concernant l’évolution de l’état de la personne faisant le malaise. 

1 commentaire:

  1. Bonjour tout le monde, je m'appelle douglas macon, je souffre d'une maladie des verrues génitales depuis tant d'années, j'ai fait tous les traitements nécessaires sans qu'il soit guéri, j'ai essayé dans une certaine mesure j'ai abandonné tout espoir de le guérir, Je suis allé dans divers hôpitaux sans solution et la maladie se propageait tous les jours et toutes les nuits. Un soir fidèle, je rentrais du travail à la maison. J'ai rencontré mon vieil ami de jour d'école. tout ce qui lui était destiné, il m'a dirigé vers une certaine femme qui avait la même maladie et qui avait été soignée par un DR à base de plantes appelé DR WAZA. J'ai donc discuté de ma santé avec la femme et elle m'a tout raconté sur le DR WAZA. Il m'a donné le DR WAZA. adresse e-mail et son numéro whatsapp, je lui ai écrit et il ne m'a pas répondu, le deuxième jour, j'ai vu un message de DR WAZA sur mon téléphone, il a écrit "j'ai les herbes pour vous guérir de la maladie de la verrue génitale, mais vous vais faire un petit paiement pour la préparation du médicament, je me hâte le sépara, il me dit quoi faire et je m'en tiens à tout ce qu'il a dit, le quatrième jour de notre discussion, il m'a écrit qu'il avait terminé la préparation du médicament, je lui ai envoyé mon adresse personnelle et mon numéro de téléphone valide, il m'a envoyé le médicament avec tout ce dont j'avais besoin pour le traitement, j'ai utilisé le médicament pendant 21 jours et j'ai été guéri, je suis allé à une série d'hôpitaux pour un test et j'ai été confirmé guéri et libéré de la verrue génitale, je suis rentré Toute la gloire de DR WAZA, il a des solutions à divers types de maladies comme le VPH, le diabète, les hépatites A, B, le VIH, la pneumonie, la bronchite, le cancer, le cancer, le cancer, les infections virales, le papilavirose, l'asthme, etc. adresse e-mail et numéro de téléphone waza

    RépondreSupprimer

Retrouvez ci-dessous l'ensemble de mes articles publiés :