DECOUVREZ ET PARTAGEZ MON LIVRE EN LECTURE GRATUITE :

L'étouffement


Un peu de mie de pain ou un mauvais passage en buvant et c'est parti : nous devenons tout rouge et comme ça gratte dans la gorge on tousse, on tousse,... On tousse tellement qu'on en a les larmes aux yeux ! Bin oui, on vient d'avaler de travers... Et puis, ça passe tout seul après quelques secondes d'acharnement. Alors ça, c'est quand tout va bien puisque parfois, la situation peut vite devenir une urgence.

Vous le savez certainement, l'étouffement que l'on connaît peut aussi se nommer fausse route ou encore obstruction des voies aériennes (le plus approprié que je vais utiliser dans cet article). Ces trois termes désignent une gêne ou un empêchement brutal des mouvements de l'air entre l'extérieur et les poumons.

Il existe deux types d'obstructions des voies aériennes :
  • l'obstruction partielle : la personne peut toujours respirer de façon efficace mais est gênée,
  • l'obstruction  grave (ou totale) : la respiration ne devient plus du tout efficace voire impossible.

Alors comment reconnaître rapidement l'une ou l'autre quand la situation se présente ? Et bien c'est très clair :
  • pour l'obstruction partielle : la personne va pouvoir parler ou crier. Elle va tousser vigoureusement et lors de ses mouvements respiratoires, un bruit peut être perceptible.
  • pour l'obstruction  grave : aucun bruit et aucun son n'est émis. La personne ne peut plus parler, crier ou tousser, sa bouche reste ouverte, une agitation apparaît et elle devient rapidement bleue puis perd connaissance si rien n'est fait pour la désobstruer.
L'obstruction survient plus fréquemment chez les enfants qui portent de petits objets à leur bouche (aimants, jouets, pièces de monnaie,...) et se produit le plus souvent au cours d'un repas chez les adultes. On y retrouve les aliments comme les noix, cacahuètes, carottes, morceaux de viande trop gros ou pas assez mâchés, etc.

"Si rien n'est fait lors d'une obstruction grave, la vie de la personne est très vite mise en jeu, ou des complications respiratoires sévères peuvent apparaître."


En votre qualité de sauveteur, vous devez agir vite pour désobstruer les voies aériennes s'il s'agit d'une obstruction grave ou empêcher toute aggravation lors d'une obstruction partielle.

Voyons ensemble la conduite à tenir pour l'obstruction partielle des voies aériennes :

En fait, ce qu'il se passe lorsqu'une personne en est victime, c'est que le corps étranger qui n'est pas passé par l’œsophage (pour aller dans l'estomac) est parti dans la trachée et se loge dans une des deux bronches menant aux poumons.

Devant cette personne qui tousse vigoureusement, qui parle mais qui est fortement gênée, vous ne devez surtout pas, je dis bien surtout pas effectuer de technique de désobstruction. En effet, vous risqueriez de déloger le corps étranger vers l'entrée des deux bronches menant aux poumons et ainsi créer une obstruction totale.

Alors que faire ? Et bien dans cette situation d'obstruction partielle, votre rôle va être d'installer la personne dans une position où elle se sentira le mieux et l'encourager à tousser pour rejeter le corps étranger. La personne sera rouge vif et va tousser encore et encore jusqu'à ce que cet objet soit éjecté.

Lorsque la personne se sent mieux et que le corps étranger est délogé, laissez-la au repos. En effet elle vient de se fatiguer et user de son énergie. Restez auprès d'elle, surveillez-la et contactez le 15 (SAMU) pour avoir une réponse médicale.

Passons à l'obstruction grave (ou totale) des voies aériennes :

Contrairement à l'obstruction partielle, ici, le corps étranger est venu se loger à l'entrée des deux bronches obstruant totalement l'arrivée de l'air vers les poumons. La personne ne peut plus respirer ni parler ou même émettre un son !

"Vous allez devoir agir rapidement avant que la personne ne perde connaissance puis tombe en arrêt cardio-respiratoire. Les secours d'urgence doivent être alertés rapidement, si un témoin est présent faites-le contacter les secours pendant que vous agissez sur la personne."


Devant un adulte qui porte généralement ses mains à la gorge, bouche ouverte, vous devez dans un premier temps venir donner des claques vigoureuses dans son dos. Le but ici est de créer des vibrations qui vont venir déloger le corps étranger :
  • laisser la personne debout si elle l'est ou assise ça fonctionne aussi,
  • se placer sur le côté, légèrement en arrière de la personne,
  • soutenir avec une main le thorax,
  • pencher la personne vers l'avant,
  • donner de 1 à 5 claques vigoureuses dans le dos, entre les omoplates avec le talon de la main ouverte (doigts bien tendus).

Vous allez me dire « oui mais on a dit que les enfants étaient aussi concernés et là on parle de l'adulte ! ». Exactement et j'y viens. On va faire la même technique que pour l'adulte, cependant, la position va changer. 

Chez un enfant qui est victime d'une obstruction totale des voies aériennes et qui peut, de par sa morphologie tenir sur les cuisses du sauveteur, il va être installé le thorax contre une cuisse et le bassin en appui sur l'autre, tête vers le bas. Pour effectuer cette technique :
  • le sauveteur doit s'asseoir,
  • l'enfant doit être basculé sur les cuisses du sauveteur, sa tête vers le bas,
  • donner de 1 à 5 claques vigoureuses dans le dos, entre les omoplates avec le talon de la main ouverte (doigts bien tendus).
Voyons maintenant cette technique chez un nourrisson ou un petit enfant capable d'être soutenu sur un avant-bras. En effet, lorsque qu'il s'agit d'un bébé ou d'un petit enfant ne tenant pas debout, le geste de secours ne peut pas être le même que chez un enfant tenant sur ses jambes. Pour cette technique :
  • le sauveteur doit s'asseoir,
  • coucher le nourrisson ou le petit enfant sur l'avant-bras à califourchon, face vers le sol,
  • maintenir sa tête en positionnant les doigts du sauveteur de part et d'autre de la bouche sans appuyer sur la gorge,
  • incliner le nourrisson ou le petit enfant vers le bas pour que sa tête soit plus basse que son thorax aidant à la désobstruction,
  • donner de 1 à 5 claques (en s'adaptant à la morphologie) dans le dos, entre les omoplates avec le talon de la main ouverte (doigts bien tendus).
Bien entendu, dès que vous voyez que la personne tousse, crie ou qu'elle reprend une respiration, vous stoppez immédiatement la méthode en cours ! Cela veut dire que le corps étranger est délogé et que la personne est désobstruée, vous venez de lui sauver la vie ! Installez-la dans une position confortable qu'elle choisit. Il faut absolument venir la réconforter et la surveiller, contactez ensuite le 15 (SAMU) pour avoir une réponse médicale adaptée à la situation.

En revanche, si la technique des claques dans le dos n'a pas permis de désobstruer la personne, vous allez devoir utiliser une seconde technique dès la cinquième claque dans le dos effectuée et sans attendre. Vous venez d'effectuer des « vibrations » avec les claques entre les omoplates, on va voir maintenant l'effet « piston » en effectuant des pressions pour éjecter le corps étranger. Oui c'est bien la méthode qui est plus connue sous le nom de son créateur : Heimlich.

Pour une personne adulte ou un enfant tenant debout dont la première technique reste inefficace, le sauveteur doit :
  • se placer debout derrière la personne ou à genoux pour un enfant tenant sur ses jambes,
  • se positionner contre son dos,
  • passer les bras du sauveteur sous ceux de la personne et positionner les mains dans la partie supérieure de l'abdomen (juste au-dessus du nombril),
  • pencher la personne vers l'avant,
  • positionner le poing d'une main au creux de l'estomac, juste au-dessus du nombril et en-dessous du sternum,
  • placer la seconde main sur le poing et écarter suffisamment les avant-bras pour ne pas appuyer sur les côtes,
  • exercer une pression en tirant vers le sauveteur puis en remontant vers le haut (faire une virgule vers l'arrière puis vers le haut),
  • effectuer de 1 à 5 compressions en relâchant à chaque mouvement pour reprendre une nouvelle fois une pression complète.
Devant l'impossibilité d'encercler l'abdomen de la personne (adulte obèse, femme enceinte dans les derniers mois de grossesse,...), la position des mains du sauveteur change :
  • se placer debout derrière la personne,
  • passer les bras du sauveteur sous ceux de la personne et positionner les mains au niveau de la poitrine en l'encerclant,
  • positionner le poing au milieu du sternum sans appuyer sur la pointe inférieure de ce dernier,
  • placer l'autre main sur le poing sans appuyer les avant-bras sur les côtes,
  • effectuer de 1 à 5 compressions sternales en tirant franchement vers l'arrière et en relâchant à chaque mouvement pour reprendre une nouvelle fois une pression complète.

Passons à la technique chez un nourrisson ou un petit enfant capable d'être soutenu sur un avant-bras. Le but est le même, comprimer l'air contenu dans les poumons afin d'expulser le corps étranger comme vu à l'instant chez un adulte ou un enfant. Cependant, vu la morphologie du nourrisson ou du petit enfant, la technique est la suivante :
  • le nourrisson est déjà placé sur l'avant-bras du sauveteur suite à la technique des claques dans le dos,
  • placer l'avant-bras de la main libre sur le dos du nourrisson,
  • maintenir la tête de celui-ci avec la main,
  • effectuer le retournement du nourrisson de façon à ce qu'il se retrouve le regard vers le ciel maintenu sur l'avant bras,
  • appuyer l'avant-bras du sauveteur sur sa cuisse,
  • incliner le nourrisson de façon à ce que sa tête se retrouve plus basse que son corps pour faciliter l'expulsion,
  • placer la pulpe de 2 doigts d'une main sur le sternum, un travers de doigt au-dessus le point le plus bas de ce dernier (jonction des dernières côtes),
  • effectuer de 1 à 5 compressions sternales profondes et successives tout en relâchant à chaque mouvement pour reprendre une nouvelle fois une pression complète.
Bien entendu, dès que vous voyez que la personne tousse, crie ou qu'elle reprend une respiration, vous stoppez immédiatement la méthode en cours ! Cela veut dire que le corps étranger est délogé et que la personne est désobstruée, vous venez donc de lui sauver la vie ! Installez-la dans une position confortable qu'elle choisit. Il faut absolument venir la réconforter et la surveiller, contactez ensuite le 15 (SAMU) pour avoir une réponse médicale adaptée à la situation.

En revanche, si vous venez d'effectuer ces deux techniques sans que la personne ne soit désobstruée, reprenez tout de suite les claques dans le dos suivies des compressions (abdominales ou sternales en fonction de la morphologie de la personne). 

"Il va falloir reprendre ces deux techniques sous forme de cycles jusqu'à la désobstruction complète. Vous continuez donc vos gestes de une à cinq claques dans le dos puis les compressions de une à cinq, encore et encore..."


Malheureusement, au bout de quelques minutes, si le corps étranger n'est pas expulsé, la personne va perdre connaissance. Vous agissez donc à ce moment-là avec les gestes que vous connaissez déjà pour toute personne ayant perdu connaissance. Sinon, rendez-vous sur mon article concernant l'inconscience.

De même, si la personne se retrouve en arrêt cardio-respiratoire suite à l'obstruction totale des voies aériennes, vous entamez une réanimation avec massage cardiaque et mise en place d'un défibrillateur s'il en existe un à vos côtés comme vous l'avez déjà vu également. Sinon rendez-vous sur mon article concernant l'arrêt cardio-respiratoire.

Vous savez maintenant réagir devant une personne qui s'étouffe ou faisant une fausse route ou encore qui présente une obstruction des voies aériennes. Oui, c'est la même chose, c'était juste pour voir si vous suiviez et maintenant, vous aussi vous le savez !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Retrouvez ci-dessous l'ensemble de mes articles publiés :